Récap’ mars

Ce mois-ci nous avons continué la pose de l’isolant, assisté à la pose des cuves de récupération d’eau de pluie et ouvert nos portes le 25 mars!

 

visite_de_chantier_25_mars

Visite de chantier du 25 mars

Environ 80 personnes se sont déplacées pour assister à la présentation de notre habitat par l’équipe de maîtrise d’œuvre (Pierre-Yves BOSSE et Christophe BENOÎT) et Philippe, grâce à sa double casquette habitant/animateur de l’asso ELISE/Espace Info Energie de Vendée!

Nous avions aussi mis en place des ateliers « juridico-financier » et « faire ensemble », animés par nos soins.

Merci à tous d’être venu avec une spéciale dédicace au groupe du projet d’habitat de Melle (79) à qui l’on souhaite bonne continuation!

Côté avancement des travaux les plombiers et plaquistes sont entrés en jeu sur le bloc A et les entreprises d’étanchéité et de charpente continuent leur travail sur les 2 blocs.

Interview Urban Radio Graffiti du 24 mars 2017

Philippe était de nouveau de service dans l’émission « Le Réseau Urbain » sur la radio Graffiti. (à partir de 4’44 »). Il évoque entre autre les portes ouvertes de notre habitat le 25 mars et le projet Cowatt qu’il mène au travers l’association Élise qui porte l’Espace Info Énergie de Vendée.

Récap’ février et visite organisée en mars

D’abord la promo : une visite organisée est prévue le 25 mars à partir de 14h30 sur site par l’espace info énergie de Vendée. L’architecte urbaniste du projet Pierre-Yves Bossé sera présent et des stands juridique, financier, … seront animés par nous-même, les futurs habitants.

Côté avancement des travaux, on a commencé l’isolation du bloc A, coulé une dalle béton qui recevra le local technique dédié à la réutilisation de l’eau de pluie, l’étanchéité est en cours de réalisation par l’entreprise dédiée et on a vu pousser le bloc B.

L’isolation, c’est pas bidon

On a donc commencé à poser l’isolant, de la laine de bois, et c’est vraiment sympa… sur les murs! Aux plafonds c’est autre chose… car on s’en prend plein la figure. Ça reste tout de même largement moins désagréable que d’autres types d’isolant qui grattent, par exemple. Là, rien de tout ça, même si il est recommandé de porter un masque à cause des produits qui rendent ignifuge le produit et permettent que la laine de bois soit compacte.

La technique, c’est fantastique

Comme on aime bien réfléchir, faire des réunions et des tests… on a passé 2 voir 3 jours à essayer différentes méthodes de pose pour les plafonds. La méthode dîtes du « je-trace-mes-découpes-sur-grande-longueur » a montré son efficacité. En effet, on est passé d’environ 40% de chutes par plaques d’isolant à environ 5% sur 10 plaques. Et les chutes sont réutilisables dans les recoins. Sur les murs le problème de découpe ne s’est pas posé car les panneaux sont parallèles entre eux contrairement aux solives qui s’écartent du nord vers le sud pour donner la forme « arrondie » de l’ensemble. Les découpes doivent donc être de forme trapézoïdale avec un angle d’agrandissement d’environ 2° de chaque côté du trapèze.

La solidarité, c’est le pied

Cela fait maintenant 1 mois que nous avons commencé l’isolation et presque tout le monde a déjà pu participer au chantier. Des coup de mains extérieurs (parents, connaissances, …) nous ont aussi bien aidé. Nous sommes entre 4 et 6 personnes chaque jour mais nous avons remarqué qu’être beaucoup n’est pas forcément mieux. Soit on se marche dessus (en augmentant les risques de collisions/incident/accident) soit il n’y a pas assez d’outils disponibles! Notre rythme de croisière est d’environ 1 plafond (40 m2) tous les 2 jours et 2 fois plus rapide pour les murs.